Pendant l'Antiquité et le Moyen Age, les inhumations se faisaient dans un espace sacré qui comprenait à la fois l'église et ses dépendances. On enterrait partout dans cet enclos, dans l'église et autour de l'église. L'église et son enclos (qui devint par la suite le cimetière proprement dit) ne constituaient alors qu'un même ensemble. Cette "terre d'église" à Burgille était gérée et entretenue par le curé et des habitants formant conseil et prenant le nom de "Fabrique" et "Conseil de Fabrique".

Cet espace sacré était placé au milieu des habitations, au coeur de la vie publique. Le cimetière était, pour les populations, un lieu de marché, de réunions, de justice... On vivait ainsi pendant toute cette période dans une certaine familiarité avec la mort. Les notables pouvaient être inhumés à l'intérieur de l'église, dans la nef ou dans les chapelles. C'est le cas à Burgille où l'on dénombre plusieurs sépultures des XVIIème et XVIIIème siècles dont celle d'un homme décédé "au voyage de Flandre" et, sous le confessionnal, celle de "Guillaume de Vaux seigneur de Chazoy et dame Barbe de Falletans, sa femme" (tombe martelée à la Révolution). D'autres tombes cachées sous les bancs et usées par le temps sont aujourd'hui presque illisibles.

Le XVIIIème siècle cependant amène une évolution dans les mentalités. On s'inquiète à propos des corps décomposés, de "leur redoutable chimie" et donc à propos du cimetière, de son voisinage vis-à-vis des habitations. Ce mouvement d'opinion aboutit à la déclaration royale du 10 Mars 1776, qui oblige notamment les villes et les bourgs à déplacer leur cimetière hors de l'enceinte des habitations. Ce texte donnait pouvoir au municipalités au détriment de l'église. Pour les villages cette migration s'est faite très lentement.

Jusqu'aux lois de 1904 et 1905 (séparation de l'église et de l'état) le problème de l'entretien des cimetières a été l'objet de nombreuses contestations entre Fabriques et municipalités. Ainsi, jusqu'à cette date, le conseil municipal de Burgille votait ou non, tous les ans, une enveloppe destinée à l'entretien de la Fabrique. Dans les années 1840 à 1846 le maire, Jean Claude RENAUD, eut bien des problèmes à régler entre curé, population et Fabrique.

A Burgille l'attente du déplacement de son cimetière fut longue malgré un manque de place et une insalubrité évidente tant les maisons étaient proches, des puits n'en étaient qu'à quelques mètres.

Ce n'est qu'en 1910 que nos 3 communes commencent à prendre en compte ce problème. Le projet se tourne vers deux emplacements possibles (photo 1): l'un chemin de Marnay (actuellement D 109) entre le chemin de la Vaivre et la Banne; l'autre, route d'Auxonne à Besançon (actuellement D 149) entre Burgille et Chazoy. Pour mener à bien ce projet il est nécessaire d'acquérir des terrains et de connaître le coût approximatif des travaux.

En 1911 différents plans sont proposés par Mr SAINT-GINEST architecte à Besançon. Des sondages de terrain sont effectués, et, après étude, le conseil départemental d'Hygiène donne sont aval pour le projet entre Burgille et Chazoy. Un premier devis de travaux, daté du 7 février 1911, s'élève à 12295,58 francs et concerne le mur d'enceinte, le portail, la grille et les allées (extrait photo 2).

Par délibération du conseil municipal en date du 5 avril 1912 il est décidé de l'achat des parcelles de terrain nécessaires à l'emprise du cimetière (photo 3). Trois terrains sont convoités pour une surface totale d'environ 22 ares 50 centiares. Des promesses de vente sont acquises sauf pour une parcelle appartenant à Mr Antoine BOITEUX de Chazoy qui en demande un prix trop important et qui sera exproprié. Le cimetière sera indivisé entre les trois communes et les frais se répartiront au prorata de la population d'après le recensement de 1911 : Burgille 148 habitants, Chazoy 36 habitants et Cordiron 55 habitants. Il est précisé que les dépenses liées à ces acquisitions seront libérées des fonds de la commune provenant de la vente du presbytère.

La lettre du préfet du 24 juillet 1912 invite le maire de Burgille à prévoir le crédit nécessaire au paiement des terrains soit 1068,20 francs.

Dans son arrêté du 11 septembre 1912 la préfecture du Doubs autorise la translation du cimetière intercommunal de Burgille dans les parcelles de terrain achetées et demande qu'après l'achèvement des travaux un nouvel arrêté spécial intervienne pour ordonner la fermeture de l'ancien cimetière.

Le 13 mai 1913 le maire, Abel REVERCHON, rédige les actes administratifs d'acquisition des parcelles, à savoir :

- au sieur BRUN Edouard, retraité du PLM, domicilié à Orelle (Savoie) : un champ à l'état de labour de 4a 50ca situé à Burgille au lieu-dit "aux Grands Chapons" pour la somme de 184 francs,

- au sieur BOITEUX Antoine, cultivateur domicilié à Chazoy : un champ à l'état de labour de 2a 70ca situé à Chazoy au lieu-dit "La Combe aux Dames" pour la somme de 135 francs. Mr BOITEUX se réservant 6 m² pour les membres de sa famille,

- au sieur BEUQUE Jean-Baptiste, cultivateur à Burgille : un champ à l'état de labour et anciennement en vigne de 15a 20ca situé à Burgille au lieu-dit "Aux Grands Chapons" pour la somme de 760 francs.

Nota : Selon le plan cadastral de l'époque ces lieux-dits correspondent aujourd'hui au lieu dit "à Suchot" à l'emplacement du cimetière actuel.

Les travaux sont exécutés en 1913. Mr BONTEMPS, architecte procède à la réception du cimetière le 28 janvier 1914.

L'autorisation d'inhumer dans le nouveau cimetière est acceptée par la préfecture le 13 février 1914. L'interdiction d'inhumer dans l'ancien cimetière est décidée le 21 février 1914 (photo 4).

Certaines familles exhumeront leurs tombes pour les transférer dans le nouveau cimetière cependant que, ici ou là, quelques sépultures seront maintenues et fleuries à la Toussaint. L'ancien cimetière, autour de l'église, va passer en état d'abandon. Quelques tombes subsisteront avec leur entourage en fer rouillé et leur stèles en pierre écroulées ou rongées par le temps. Les mauvaises herbes l'envahiront et il sera oublié pendant de nombreuses années.

Ce n'est qu'en 1985 qu'il est désaffecté. Une délibération en ce sens décide de "faire place nette". En 1988 un parking est aménagé derrière l'église puis en 2008, dans le cadre d'un aménagement global du centre du village, c'est tout l'entourage de l'église qui est remanié. Des murettes en pierres et des escaliers sont construits, l'espace est arboré et fleuri et des bancs permettent aux promeneurs de contempler l'église et la place Georges DESPREZ où trône un tilleul plus que bicentenaire.

Depuis 1914 le nouveau cimetière n'a reçu aucun aménagement. Un grand nombre de tombes et de caveaux a subit les affres du temps, s'est détérioré, a été oublié. Ces monuments sont devenus disgracieux voir menaçants pour la sécurité des visiteurs. La commune a donc décidé en 2015 de procéder à des travaux de remise en ordre. Un certain nombre de tombes étant dans un état évident d'abandon une procédure de reprise de concessions a débuté en avril 2015 et s'achèvera en avril 2018. C'est ainsi que 31 concessions ont fait l'objet d'un constat d'abandon.

En 2016 un règlement du cimetière a été rédigé et approuvé par la préfecture. Enfin, en 2017, afin de répondre à un recours de plus en plus fréquent à la crémation et à la demande de ses habitants, la commune se dote d'un espace cinéraire. Cet espace comprend un jardin du souvenir, un columbarium, des cavurnes et un ossuaire faisant également office de caveau d'attente. Pour se conformer à la réglementation les allées sont aménagées pour faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite.

La vie du cimetière intercommunal de Burgille a suivi celle de ses villageois. Lieu de recueillement où les générations se suivent, lieu de peine où les morts restent parmi les vivants, lieu mystérieux où parfois des légendes naissent, le cimetière a toujours fasciné et imposé son silence. Le respect du à nos morts mérite bien l'effort collectif et l'entretien de notre cimetière par les familles, notre cantonnier ou des bénévoles y contribuent. Les générations à venir sauront, elles aussi, continuer le travail commencé par leurs aînés.

Alain CHARLES

 

/

Photo N° 1 Projets d'emplacements du cimetière daté du 7 février 1911 - Les emplacements proposés sont en rouge.

 

/

(Photo 2 - Extrait) Projet de construction du cimetière daté du 7 février 1911 - Détails de la porte et du mur d'enceinte.

 

/

(Photo 3) Projet d'acquisition des terrain de l'emplacement retenu daté du 1 mars 1912 - Le futur cimetière est en jaune.

 

/

(photo 4) Arrêté du 21 février 1914 interdisant d'inhumer dans l'ancien cimetière et autorisant dans le nouveau.

Regardez comme notre village a bien changé ! Observez les différences entre ces vieilles cartes postales (prises avant guerre) et des photos récentes ! On peut remarquer que Burgille est beaucoup plus arboré de nos jours.

View the embedded image gallery online at:
http://burgille.fr/retro#sigFreeId4a07ec64df

Quelques cartes postales de notre village avant guerre.. Que de changements depuis !

View the embedded image gallery online at:
http://burgille.fr/retro#sigFreeId792e5ce1d8